National Sections of the L5I:

Déclaration du congrès de l'Asie du Sud en solidarité avec la révolution tunisienne

Printer-friendly versionPDF version

La session sur l'Asie du Sud au huit Congrès de la Ligue a adopté cette déclaration en solidarité avec les récent soulèvements des masses en Tunisie.

La Conférence Asiatique de la Ligue pour la Cinquième Internationale salue la révolution en Tunisie, ce qui donne une puissante impulsion à la résistance des travailleurs et de tous les peuples opprimés du monde entier.

Encouragé à l'action par le suicide d'un diplômé sans emploi et vendeur de rue Mohammed Bouazizi en Décembre, des milliers et milliers des jeunes ont transformé désespoir en colère et la colère en l'espoir quand ils ont envahi les rues et a mis la situation politique en Tunisie et en Afrique du Nord en frénésie.

Avec une personne sur cinq au chômage, les jeunes tunisiens se sont rassemblés en grand nombre et modifié Bouazizi derniers mots d'un appel dans un programme fondamental pour le changement social: Plus de misère! Fini le chômage!

Si que le régime tremblé face à des protestations renforcés, si que la police est retombé dans le désarroi devant la fureur du peuple, les syndicats ont menacé de lancer une attaque décisive - une grève générale - contre le régime autoritaire de Ben Ali.

Dans une démonstration de la puissance de la grève générale qui doit devenir une grande leçon pour les travailleurs face à l'austérité, le chômage et la hausse des prix partout, la menace même d'une grève générale indéterminée a brisé le régime de Ben Ali, qui a fui l'Arabie Saoudite, ce refuge pour le despotisme.

La joie du peuple a tourné rapidement à la rage alors que le reste du gouvernement s’a accroché au pouvoir.

Nous, délégués de organisations communistes combattants en provenance du Pakistan, Sri Lanka et Europe, gage de notre plein appui à la révolution tunisien et encourageons nos organisations prolétariennes, des paysans et des jeunes à la solidarité avec leur lutte. Nous exprimons l'espoir que les travailleurs et les jeunes tunisiens ne permettent pas la révolution d'être volée à la sauvette, se méfier des politiciens bourgeois de chaque type et aller de l'avant pour organiser conseils démocratiques de leur propre lutte pour le pouvoir.

Si le soulèvement Tunisie peut procéder d'une révolution démocratique à une révolution sociale, peut se propager à travers le Maghreb et au Moyen-Orient, peut établir un gouvernement forte des travailleurs et des paysans que peuvent prendre le pouvoir et des biens des mains des l'impérialistes et les riches et mis le dans les mains du peuple, puis les masses peuvent obtenir des gains réels et peuvent les rendre permanentes.

La clé de la victoire réside dans l’assurance de l'indépendance des travailleurs de la bourgeoisie à travers la formation dans le creuset de la lutte d'un nouveau parti révolutionnaire engagé à pouvoir prolétarien.

Vive la révolution tunisienne! Vive la lutte des masses d'Afrique du Nord et le Moyen-Orient! Vive la révolution socialiste mondiale!

Navigation